Ostéopathie et grossesse

Quel est l’intérêt de l’ostéopathie pour la future maman ?
Toutes les mamans le diront, la grossesse provoque de nombreux changements corporels, entraînant aussi pas mal de désagréments. Et pour y faire face, l’ostéopathie peut s’avérer efficace. Elle va en effet aider le corps à s’adapter progressivement à ses modifications en relâchant les tensions accumulées. Grâce à une approche globale du bassin, du diaphragme, du crâne ou encore du thorax, le spécialiste va ainsi proposer un équilibre à votre corps en libérant les zones de restriction qui provoquent des douleurs. Par des gestes très doux, l’ostéopathe permet à votre organisme de s’ajuster à votre état et d’assurer une meilleure fonctionnalité de tous vos organes.

Quels maux l’ostéopathie peut-elle soulager ?
Lombalgie, sciatique, reflux gastriques, constipation, hémorroïdes, problèmes de circulation, troubles du sommeil… Ces symptômes sont malheureusement le lot de nombreuses femmes enceintes. La majorité des médicaments étant à proscrire pendant la grossesse, les futures mamans ont tendance à accepter ces désagréments alors que l’ostéopathie peut permettre de les soulager. Pour apaiser un mal de dos, par exemple, l’ostéopathe va préparer la zone douloureuse par des techniques douces pour détendre les ligaments, la structure osseuse et les tissus. Concernant les reflux gastriques, le travail se fera plus précisément sur l’estomac, l’œsophage et le diaphragme. C’est un travail qui tient compte de la globalité du corps, le tout se réalisant en douceur.

Quand consulter un ostéopathe ?
Les futures mamans consultent en général à partir du quatrième mois de grossesse, lorsque l’utérus devient plus volumineux et que les ligaments commencent à tirailler. Une consultation lors des septième ou huitième mois peut aussi permettre d’aider le bébé à se mettre dans l’axe et préparer la maman à un accouchement plus serein. Sachez qu’une seule séance peut parfois suffire à vous soulager. En fonction de vos symptômes, l’ostéopathe vous dira s’il est préférable de revenir le voir ou pas.

Source http://www.infobebes.com

Attention, une séance d’ostéopathie ne remplace en aucun cas les cours de préparation à l’accouchement.

Publicités

Ma formation pré et post-graduée

Après une formation continue en 5 ans, j’ai été diplômé de l’Institut supérieur d’Ostéopathie de Lille, école reconnue par le ministère de la santé de la jeunesse et des sports.

1516 heures d’enseignement théorique
2644 heures d’enseignement pratique de l’ostéopathie   (Structurel, fonctionnel, tissulaire, viscéral, crânien et crânio-sacré).

J’ai eu la chance d’être formé également aux techniques sur les nourrissons et les femmes enceintes.

En complément, j’ai suivi des cours à l’université de Lille 2 pour le master Ergonomie, santé et développement. 

J’ai suivi de nombreux stages pratiques

-à l’Unité Clinique Ostéopathique où j’ai pu pratiquer sur plus de 150 patients

-à la clinique sociale de Dottignies (Belgique)

En milieu hospitalier

-à la maternité Jeanne de Flandres pour une prise en charge de femmes en post-partum (juste après l’accouchement)

-à l’hôpital Calmette pour un suivi de patient atteint de mucoviscidose

Chez les sportifs

-lors de l’événement « Run for Life » course organisée par l’Etablissement Français du sang

-lors des Journées Nationales des Sports d’Entreprise

-en accompagnement de jeunes rugbymen en sport-étude

En entreprise

dans les locaux du conseil régional

-dans les locaux de l’usine Jean Caby

Ainsi que des stages d’observation

-au centre hospitalier Dron, service neurologie

-au centre hospitalier universitaire de Lille, service Cardiologie et Appareil locomoteur

-à l’hôpital Oscar Lambret, centre de la douleur.

Auteur du mémoire « Prise en charge ostéopathique de la lombalgie chez les professeurs des écoles » encadré par le Dr Laurence GOTTRAND, médecin M.P.R et par Thibault CLERSON Ostéopathe D.O soutenu devant jury national le 28 Septembre 2013 pour lequel j’ai obtenu la note de 16 avec la mention très honorable.

Formation post-graduée sur les techniques tissulaires par Pierre Tricot en septembre 2013
Formation post-graduée d’initiation à la médecine traditionnelle chinoise et le lien énergétique en octobre 2013
Formation post-graduée sur le lien mécanique ostéopathique par Eric Prat en novembre 2013

Formation post-graduée en ostéopathie pédiatrique avec Danny Heintz et Eric Simon en Septembre 2015 (niveau 1) et en Janvier 2017 (niveau 2)

Professeur de viscéral au sein du Collège d’Ostéopathie Traditionnel du Nord depuis septembre 2016

Tuteur de mémoires intitulés « Prise en charge ostéopathique des patients lombalgiques après chirurgie bariatrique » et  « Différence de sensibilité entre un étudiant de 1ere année et un 5eme année d’ostéopathie »

Depuis Septembre 2013, j’ai la chance de pouvoir encadrer des étudiants en ostéopathie, en tant qu’assistant lors de leurs cours pratiques ainsi que tuteur au sein de l’unité clinique Ostéopathique de Lille.

Ostéopathie et nouveau-né

DSCF4198

Les sages-femmes et les ostéopathes s’accordent à dire qu’il est intéressant et efficace de prendre en charge les tout-petits dès les trois ou quatre premières semaines. Le corps du bébé est dans cette période très réactif et adaptable et répond extrêmement bien au traitement.

Par ailleurs, les 2 premiers mois, le nouveau né garde un réflexe acquis dans le ventre de sa mère, qui est de se dégager d’une pression de l’utérus afin de se ménager un peu de place.

Lorsque nous appliquons une légère pression dans les paramètres nécessaires, l’enfant va avoir le réflexe de pousser dans nos mains, et de ce fait va s’auto-corriger très efficacement sans qu’il y ait besoin d’appliquer une force externe. Ce travail est tout particulièrement utile quand l’enfant avait une position très basse dans le ventre de la mère.

La première séance est  l’occasion de réaliser un bilan, qui va déterminer si les soins d’ostéopathie sont nécessaires, et s’ils peuvent être pratiqués.
Deux ou trois séances permettent en général de normaliser des troubles digestifs ou des problèmes de nervosité.

Dans les cas de déformation crânienne, de torticolis congénital, de déformation des membres, il faut un peu plus de temps pour que le bébé retrouve un équilibre. Un suivi est mis en place mensuellement ou bi-mensuellement en accord avec le pédiatre jusqu’à la constatation d’une amélioration nette ou une disparition des troubles.
En cas d’arrêt de l’amélioration, votre ostéopathe vous orientera vers les professionnels compétents.