Ostéopathie et nouveau-né

DSCF4198

Les sages-femmes et les ostéopathes s’accordent à dire qu’il est intéressant et efficace de prendre en charge les tout-petits dès les trois ou quatre premières semaines. Le corps du bébé est dans cette période très réactif et adaptable et répond extrêmement bien au traitement.

Par ailleurs, les 2 premiers mois, le nouveau né garde un réflexe acquis dans le ventre de sa mère, qui est de se dégager d’une pression de l’utérus afin de se ménager un peu de place.

Lorsque nous appliquons une légère pression dans les paramètres nécessaires, l’enfant va avoir le réflexe de pousser dans nos mains, et de ce fait va s’auto-corriger très efficacement sans qu’il y ait besoin d’appliquer une force externe. Ce travail est tout particulièrement utile quand l’enfant avait une position très basse dans le ventre de la mère.

La première séance est  l’occasion de réaliser un bilan, qui va déterminer si les soins d’ostéopathie sont nécessaires, et s’ils peuvent être pratiqués.
Deux ou trois séances permettent en général de normaliser des troubles digestifs ou des problèmes de nervosité.

Dans les cas de déformation crânienne, de torticolis congénital, de déformation des membres, il faut un peu plus de temps pour que le bébé retrouve un équilibre. Un suivi est mis en place mensuellement ou bi-mensuellement en accord avec le pédiatre jusqu’à la constatation d’une amélioration nette ou une disparition des troubles.
En cas d’arrêt de l’amélioration, votre ostéopathe vous orientera vers les professionnels compétents.

Publicités