Asthme et nutrition

Le développement de l’asthme et l’appauvrissement des régimes occidentaux en fruits et légumes pourraient être liés : d’après des chercheurs suisses qui publient leurs résultats dansNature Medicine, le manque de fibres favoriserait la réaction allergique dans les poumons.

Les fibres alimentaires sont des molécules de polysaccharides qui ne peuvent pas être digérées par les enzymes digestives. Elles proviennent de fruits et légumes frais et secs, ou de céréales complètes. Les fibres favorisent le transit intestinal et un bon état de santé général.

Des chercheurs du centre hospitalier universitaire de Lausanne, de l’école polytechnique de Lausanne, de Nestlé et de Novartis ont étudié l’influence des fibres sur la réaction allergique. Ils ont travaillé sur des souris qui ont suivi un régime standard avec 4 % de fibres, ou un régime pauvre en fibres avec seulement 0,3 % de fibres. D’après les auteurs, cette alimentation pauvre en fibres était comparable à un régime occidental qui ne contiendrait pas plus de 0,6 % de fibres en moyenne.

Quand les chercheurs ont exposé les souris à un extrait d’acariens, celles qui avaient suivi un régime pauvre en fibres ont développé une réaction allergique plus forte ; elles avaient plus de mucus dans les poumons que les souris témoins. A l’inverse, les fibres alimentaires avaient un effet protecteur chez des souris qui suivaient un régime enrichi en fibres.

Une fois dans l’intestin, les fibres subissent une réaction de fermentation réalisée par des bactéries qui les transforment en acides gras à chaînes courtes. Ces molécules passent dans le sang et influencent le développement des cellules immunitaires de la moelle osseuse. Attirées par les molécules allergènes de l’extrait d’acariens, les cellules immunitaires se déplacent vers les poumons où elles activent une réponse allergique ; cette réaction serait atténuée en présence de nombreux acides gras à chaînes courtes dans le sang.

Dans cette étude, les souris nourries avec un régime riche en fibres avaient des niveaux d’acides gras courts augmentés dans le sang ; elles étaient protégées contre l’inflammation allergique des poumons. Inversement, un régime pauvre en fibres a diminué les niveaux d’acides gras courts dans le sang et augmenté les symptômes de la maladie allergique. Les systèmes immunitaires de la souris et de l’homme étant proches, les mêmes effets pourraient exister chez l’homme.

Les chercheurs ont aussi montré que le contenu en fibres change la composition de la flore bactérienne, en particulier en modifiant le rapport entre les genres Firmicutes et Bacteroidetes.

Un manque de fibres alimentaires favoriserait donc des réactions inflammatoires allergiques dans les poumons. Ceci semble confirmer un lien entre l’alimentation et l’asthme.

 

Source: http://www.lanutrition.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s